•  

     

      

     

    Céramique (gobelet) gallo-romaine dans le comblement d'un puits. © Inrap

      

    Une équipe de l'Inrap dégage actuellement un quartier antique au cœur de la ville de Metz. Prescrit par l'État (DRAC de Lorraine), ce vaste chantier de 15 000 m2, est réalisé en amont de la construction d'un parking sous le parvis du futur Centre Pompidou-Metz. Cette opération mobilise une quinzaine d'archéologues jusqu'en février 2007, et totalisera 5 300 jours de travail en incluant les études postérieures.

    Un quartier gallo-romain aux abords de l'amphithéâtre

      

     

    A quelques mètres de l'amphithéâtre antique dégagé en 1902, les archéologues exhument un quartier urbain gallo-romain insoupçonné jusqu'à ce jour. Jamais auparavant une fouille d'une telle ampleur n'avait permis d'explorer le passé antique de Metz, permettant de comprendre l'évolution de la cité sur cinq siècles. Sur le terrain, des édifices s'organisent de part et d'autre d'une rue bordée de trottoirs.

     

    Ces bâtiments datés des Ier-IIIe siècles de notre ère, comprennent des pièces chauffées par le sol (hypocaustes), d'autres garnies de stucs, de marbre et d'enduits peints. Certaines bases de colonnes sont toujours en place. De profondes mutations sont perceptibles au cours du IVe siècle, tandis qu'aux Ve-VIe siècles de nombreuses activités artisanales (métallurgie, etc.) s'implantent.

     

     

    La vie d'un quartier au microscope

      

    Semelle de chaussure gallo-romaine. © Inrap

     

    Céramiques, fragments de verre, peignes en os, outils de tissage permettent de comprendre la vie quotidienne des habitants de ce quartier de la fin du Ier au IIIe siècle. De nombreux restes d'animaux (bœuf, porc, veau, volaille) découverts dans de grandes fosses, nous renseignent sur l'alimentation de l'époque mais aussi sur d'importantes activités artisanales.

     

     

      

     

     

    Cave gallo-romaine en cours de dégagement. © Inrap

     

    Les conditions naturelles du site, et notamment la remontée de la nappe phréatique depuis l'époque romaine, ont conservé les matériaux organiques comme le bois du cuvelage d'un puits, des semelles de chaussure mais aussi des graines.

     

     

    sources : http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/recherche/d/un-quartier-antique-gallo-romain-insoupconne-decouvert-au-coeur-de-metz_9970/

     

     et cet article !

    http://www.inrap.fr/archeologie-preventive/Actualites/Communiques_de_presse/p-50-Un-quartier-antique-insoupconne-au-coeur-de-Metz.htm

     

    Une équipe de l'Inrap dégage actuellement un quartier antique au cœur de la ville de Metz. Ce vaste chantier de 15 000 m2, est réalisé en amont de la construction d'un parking sous le parvis du futur Centre Pompidou-Metz. Cette opération mobilise une quinzaine d'archéologues jusqu'en février 2007, et totalisera 5 300 jours de travail en incluant les études postérieures.

    Un quartier gallo-romain aux abords de l’amphithéâtre

    A quelques mètres de l'amphithéâtre antique dégagé en 1902, les archéologues exhument un quartier urbain gallo-romain insoupçonné jusqu'à ce jour.
     
    Jamais auparavant une fouille d'une telle ampleur n'avait permis d'explorer le passé antique de Metz, permettant de comprendre l'évolution de la cité sur cinq siècles.
     
    Sur le terrain, des édifices s'organisent de part et d'autre d'une rue bordée de trottoirs. Ces bâtiments datés des Ier-IIIe siècles de notre ère, comprennent des pièces chauffées par le sol (hypocaustes), d'autres garnies de stucs, de marbre et d'enduits peints. Certaines bases de colonnes sont toujours en place.
     
    De profondes mutations sont perceptibles au cours du IVe siècle, tandis qu'aux Ve-VIe siècles de nombreuses activités artisanales (métallurgie, etc.) s'implantent.

    La vie d’un quartier au microscope

    Céramiques, fragments de verre, peignes en os, outils de tissage permettent de comprendre la vie quotidienne des habitants de ce quartier de la fin du Ier au IIIe siècle.
     
    De nombreux restes d'animaux (bœuf, porc, veau, volaille) découverts dans de grandes fosses, nous renseignent sur l'alimentation de l'époque mais aussi sur d'importantes activités artisanales.
     
    Les conditions naturelles du site, et notamment la remontée de la nappe phréatique depuis l'époque romaine, ont conservé les matériaux organiques comme le bois du cuvelage d'un puits, des semelles de chaussure mais aussi des graines.

    Archéologue responsable d’opération

    Franck Gama, Inrap

    Contrôle scientifique

    DRAC / Service régional de l'Archéologie de Lorraine

    Aménageur

    CA2M / SAREMM

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique